skip to Main Content
Une Chef Vegan à La Maison

Une chef Vegan à la maison

Pour commencer, je précise que je ne suis, pour l’instant, pas Vegan. J’ai d’ailleurs hésité à faire cet article car je ne me sens-sentais pas légitime à écrire sur ce sujet. Je vous partage ici mes interrogations, mon envie d’évoluer, mes petites, minuscules actions.

Je n’ai pas envie d’être défini, identifié à travers ce que je mange. Depuis ces 15 dernières années j’ai testé toutes sortes de façon de m’alimenter (chrono nutrition, paléo, cru, cuit, dissocié, que des jus, cuits, sans sucres, sans gluten, sans lactose etc…) pour trouver mon équilibre dans : je m’écoute le plus possible et j’écoute mon corps. Je fais encore souvent des tests en suivant les conseils de mes amies Naturopathe et Acupunctrice pour trouver mon meilleur équilibre alimentaire en fonction de mes intolérances, en accord avec ma conscience et mes aspirations profondes.

J’essaye de voir, sentir, expérimenter, trouver des réponses et surtout des solutions qui me semblent les plus respectueuses et cohérentes de mon point de vue.

C’est quoi le Veganisme ?

Le véganisme est fondé sur le principe universel de la compassion. Donald Watson, qui a créé le terme vegan en 1944 à partir du mot anglais vegetarian (végétarien en français), définit le véganisme comme « l’extension logique du végétarisme », et il précise :

« Le Véganisme est une philosophie et une façon de vivre qui cherche à exclure, autant qu’il est pratiquement possible, toutes les formes d’exploitation et de cruauté envers les animaux, que ce soit pour se nourrir, s’habiller, ou pour tout autre but  ; et par extension, le véganisme soutient et encourage le développement et la mise en oeuvre d’alternatives sans utilisation d’animaux, pour le plus grand bien des êtres humains, des animaux et de l’environnement ».

Etre vegan est donc un choix éthique, et une pratique quotidienne, dans laquelle on met concrètement en action le respect de la vie, fondé sur la non-violence, la paix et la compassion envers tous les êtres sensibles

source => http://www.veganisme.fr/ 

Interrogations du moment:  et si devenir Vegan est meilleur pour ma santé ne serait ce pas une raison suffisante pour aller dans ce sens ? et si en plus en le devenant je contribue à guérir la planète, ne serait ce pas un argument de plus dans la balance ? et si avec tout cela je contribue à un monde de paix ? ne me sentirais-je pas plus vivante et cohérente avec mes aspirations et mon rêve d’un monde meilleur ?

Ma façon de voir, de penser même si je suis pleine d’incohérences c’est que chacun à le droit de penser ce qu’il pense. Je cherche le dialogue pas que l’on m’impose une façon de penser.  Nous avons tous un degré de conscience qui est propre à chacun, une capacité à voir, recevoir l’information et aussi le droit de ne pas vouloir voir, le droit de ne pas avoir envie, ne pas pouvoir changer et c’est votre droit, votre choix. Je souhaite respecter là où chacun est capable d’avancer, de penser, une invitation à réfléchir, se questionner ensemble. Le maître mot pour moi est la TOLÉRANCE.

 

Je savais et j’ai expérimenté que c’était possible, bon, simple et hyper créatif de manger sans aucun produit d’origine animal pour plus de 400 personnes en ayant passé du temps au village des pruniers, centre Bouddhistes Vegan qui sont pour le respect du vivant. https://villagedespruniers.net/

Je n’avais donc aucun doute au fait que ce soit possible. Cette fois en demandant à un chef vegan de venir c’était pousser le questionnement plus loin, savoir quoi avoir chez soi, les indispensables pour cuisiner avec simplicité, des saveurs, pour que mes enfants trouvent cela bon en utilisant les aliments que j’ai dans mon quotidien (étant végétarienne ça aide pour les courses) et aller plus loin dans la réflexion qui me semble tellement sensée.

Retour sur cette soirée 

Mon aîné de 17 ans et un ami étaient présent et ce fut fort intéressant d’échanger les points de vues des uns et des autres.

THE Cheef of  the evening : Justine est devenue végétarienne il y a 6 ans et vegan depuis presque trois ans. Elle a étudié la cuisine traditionnelle et depuis quelques années est une chef de cuisine Vegan professionnellement.  Active et engagée, après une année à voyager et cuisiner vegan à travers le monde, notamment sur un bateau de sea shepherd (plus d’informations sur leurs actions c’est par là : http://www.seashepherd.fr/), ambassadrice de https://vegoresto.fr/ pour que tous les restaurants proposent sur leurs cartes des repas vegan, elle nous a fait l’honneur de me guider en cuisine pour manger sainement et sans souffrance un jeudi 21 décembre 2018.

Elle organise des ateliers de cuisines vegan en petit comité, vous accompagne pour avoir les basiques et les indispensables dans votre cuisine et vous guide pour vous nourrir sans souffrance. Pour la contacter c’est par là =>  https://www.facebook.com/justincrediblyveggie/ et instagram sous justincrediblyveggie

MERCI beaucoup JUSTINE

 

le Menu :

Carottes fumées pour mettre sur des toast ou à transformer en chips – carpaccio de céleri rave

Lasagnes végétales et sa mâche aux graines folles 

Onctueux de fruits rouges et coco

 

Pour cette soirée chez moi j’avais :

d’Alsace et Bio : 3 carottes / 1 botte blettes / 250g mâche / 1/4 céleri rave

de France et Bio :  250g champignons / Toffu ferme / farine de blé / graine germées d’alfaalfa

Bio et d’un peu partout : Lait de riz / 1 feuille de Nori / huile d’olive / huile de tournesol /sel aux herbes / Noix de coco râpée / crème de soja /  2 Citrons / graines de courges et tournesol / sucre intégral /

Pas Bio et de France : fruits rouge congelés

Pas Bio et d’un peu partout :Polenta / pâtes à lasagnes / vinaigre Balsamique / noix – noix de cajou – amandes – noisettes / vanille directement de l’île de la Réunion que j’ai depuis mon dernier voyage la bas

 

Carpaccio de céleri rave et graines folles 

trancher finement 1/4 de céleri boule, ajouter un jus de citron et laisser mariner puis le servir à l’apéro. Il peut aussi se trancher en bâtonnets.

Les graines folles 

torréfier les graines de courges et tournesol dans une poêle sans matières grasses jusqu’à ce quelles gonfles, crépitent voir sautent pour les servir à l’apéro et les utiliser ensuite. Folle parce quelles sautent de la poêle durant la cuisson.

 

Les carottes fumées 

Éplucher les carottes avec un économe en enlevant la première peau puis continuer comme si on épluchait et réserver les Tagliatelles dans un bol

une fois couper les faire cuire à la vapeur durant 5 mn pour quelle soit juste croquante puis les égoutter et les réserver

la marinade : 150 ml de lait de riz, 1 jus de citron, 1 feuille de Nori, vinaigre balsamique car pas de sauce soja le tout dans un blender, mixer et verser sur les carottes cuites en mélangeant pour quelles s’imprègnent de la marinade

Les égoutter, les placer sur une plaque de cuisson, bien à plat et les mettre au four durant 15/20mn à 180° max pour pouvoir les utiliser sur des toast où vous aurez au préalable mis un houmous ou une tartinade de concombre ou tapenade ou tout ce qui vous fait envie. Les carottes apportent une belle touche de couleurs et de saveurs.

Depuis j’ai essayé de les transformer en chips, en les laissant assez longuement (40 mn) à 160° à chaleur tournante pour quelles dessèchent puis à 200° pendant 5mn max pour les rendre croustillantes et j’ai testé la marinade avec un citron entier (peau y compris) et ce fut un résultat trop acide à mon goût et ceux des invités. J’avais mal séparé les lamelles de carottes donc la cuisson n’était pas homogène mais contente d’approcher d’un résultat plaisant et savoureux.

 

Les Lasagnes Végétales 

200g de Toffu ferme à couper en cube, déposer le sur une planche et presser le pour faire sortir l’excédent d’humidité

250g de champignons de Paris à découper en lamelles

Poêler le tofu et les champignons dans de l’huile d’Olive jusqu’a bien dorer l’ensemble puis déglacer au vinaigre balsamique et ajouter à la fin, si besoin après avoir goûter, un peu de sel aux herbes (moins salé que le sel classique)

1 bottes de belettes, couper le vert en fine tranche (réserver la partie dure pour une soupe ou autre) et le faire cuire 5 mn à la vapeur

La béchamel  végétale 

Dans une casserole à feux doux mettre deux cuillères à soupes d’huile de tournesol bio, ajouter trois cuillères à soupe de farine de mais, mélanger au fouet en continue, le mélange va s’épaissir, verser le lait végétal délicatement tout en continuant de mélanger et obtenir une béchamel homogène, goûter, ajouter sel aux herbes et pourquoi pas un peu de muscade (idée en écrivant)

le montage : un fond de béchamel, un étage de pâtes à lasagne, belettes, tofu et champignon, béchamel et recommencer jusqu’à terminer par une couche de pâte à lasagne et recouvrir de béchamel (refaire la béchamel si besoin). Pour la déco nous avons saupoudrer le dessus avec des graines de courges et de tournesol. Au four durant 25 minutes à 180/200°

Salade de mâche et ses graines folles pour l’accompagner

la mâche avec une vinaigrette basique à l’huile d’olive et vinaigre balsamique saupoudrer de graines de courges et tournesol torréfier et de graines germées d’alfa alfa

 

Onctueux de fruits rouges et coco

décongelés des fruits rouges de votre choix à l’avance.

Pour le moelleux faire chauffer 300 ml de lait de riz et verser la polenta en pluie délicatement jusqu’à ce que cela durcisse (la quantité était importante donc reste il y a eu) puis verser à nouveau du lait de riz et/ou de l’eau pour rendre plus moelleux le mélange tout en continuant à mélanger en continue. Ajouter 3 cuillères à soupe de sucre intégral en continuant à mélanger avec une spatule jusqu’à ce que ce soit onctueux et à votre goût. Ajouter les graines de vanille d’une gousse ou deux où de la cannelle  si vous n’avez pas de vanille chez vous.

Verser l’onctueux dans un bol, ramequin, caquelon puis les fruits rouges et saupoudrer le tout de noix de coco râpée

 

Voili voilou mes ptits loups (c’est pour la rime)

Durant cette soirée nous avons eux des échanges sur différentes thématiques : le veganisme ou pourquoi serions nous légitime à manger des êtres vivants ? le sexisme, le spécisme et les voyages. Je suis contente d’être dans cette réflexion, ce cheminement car c’est riche d’ouvrir ma conscience, riche de sens et de découvertes.

j’ai compris que j’étais et suis encore parfois speciste car je fais une distinction entre les animaux par exemple : mon chat et une vache, comme si je tolérais l’esclavage alors que je suis totalement contre, comme si j’acceptais la barbarie, comme si je cautionnais la hiérarchisation des espèces vivantes.

 je suis souvent dépitée de mes incohérences, de voir que beaucoup d’actes du quotidien ont un impact sur d’autres êtres vivant (enfants, animaux, terres…), ça me rend terriblement triste, impuissante car le peu que je fais ne suffit pas.

Cependant je sais que j’avance, je chemine de ces constats, des changements sont en cours, je me prends encore les pieds dans le tapis avec bienveillance, compassion et tolérance.

 

et vous ? êtes vous Vegan ? Végétarien ? Carnivore ? Crudivore ? quel est votre point de vue ?

Si vous avez des questions n’hésitez pas, envie de partager, tout est utile. Je serais contente d’avoir vos retours si vous essayez chez vous, où vous en êtes de votre cheminement. Merci de déposer votre écrit avec bienveillance, en parlant de vous, de votre expérience, de vos réflexions en utilisant le Je qui vous permet de vous approprier votre parole.

 

 

Pour aller plus loin et voir je vous mets des liens qui montrent et expliquent une bonne partie de toutes les horreurs que subissent ces animaux, à vous ensuite de faire votre opinion. Il y a d’autres sources d’informations, à vous de vérifier, perso j’ai regardé, cherché et me suis fait la mienne. 

Un film a voir avec les enfants :  OKJA, le super cochon qui montre bien la réalité de la société dans laquelle je suis, je fais partie.

Ce qui ce passe avec l’industrie laitièrehttp://www.veganpaysbasque.org/les-vaches-et-le-lobbying-de-lindustrie-laitiere/

et https://www.sain-et-naturel.com/industrie-des-oeufs.html

Voici une partie de mes autres questionnements du moment:

*comment changer ma façon de consommer ?

*comment savoir si c’est animaux souffrent ou non ? dans le doute puis je continuer à cautionner cela ?  puis je cesser d’ingérer de la souffrance ? Pourquoi infliger la souffrance aux êtres vivants pour mon propre confort ?

*Pour quelles raisons je manges ce que je manges ? ais je simplement continuer ce que l’on m’a appris a faire sans me questionner ? Ais je vraiment choisis cela ? et aujourd’hui ? ne suis je pas en capacité de pousser la réflexion et de choisir vraiment dans un sens comme dans l’autre ?

*Est ce que j’aimerais que l’on consomme mon chat ? un bout de moi  ? de mes enfants ? finalement il y a bien des cannibales ? et les légumes ? ils souffrent surement eux aussi ? (souvent c’est ce que j’entends lorsque j’échange avec d’autres personnes)

*Si j’étais exploitée pour mon lait ? si on me retirait mon enfant pour ensuite exploiter mon lait ?

*comment faire autrement dans mon quotidien ? comment ne pas imposer mes choix, mes prises de conscience à mon entourage et en même temps demander à ce que l’on respecte les miens où que l’on me pose des questions du genre : comment en est tu arrivé là ? qu’est ce qui fait que tu t’interroges autant ? au lieu de chercher à me convaincre de rebrousser chemin avec des : « tu sais depuis la nuit des temps les animaux permettaient aux humains de vivre » ou encore « il y a des animaux qui ne souffrent pas, qui sont tués dans de bonnes conditions » et aussi « c’est dans l’ordre des choses »….

* comment être la plus cohérente possible avec le fait que j’ai choisi de vivre pour un monde d’amour et de paix ?

 

Cela ne devrait pas être aussi complexe à mettre en place, sauver des vies au lieux de penser que je me prive de quelque chose ? j’ai dépassé ce point de vue et pourtant ….. même si je ne consomme plus de viande et de poisson, je consomme encore d’autres produits qui proviennent des animaux.

Je n’ai aucun moyen de savoir si les poules ou les animaux qui sont utilisées pour leurs oeufs, leur lait sont tués ou non au final pour être consommé. C’est, de mes recherches le constat que j’ai fait, je n’ai rien trouvé qui indique qu’une vache vit paisiblement dans un champ, donnant la vie à son veau et ayant la chance de terminer sa vie sereinement juste mourir de vieillesse. Que ce soit du Bio ou non la finalité et la mort pour nourrir l’humain.

Si effectivement les poules qui ne pondent pas ne sont pas tuées pour être mangé et qu’elles vivent en paix jusqu’à leur mort naturelle, est ce que ça changerait quelque chose ? si la chèvre donne du lait uniquement pour nourrir son chevreau et que je ne l’exploite plus pour produire et manger du fromage ?  si les abeilles ne sont pas exploités par l’apiculteur mais que c’est un équilibre dans le donner et le recevoir et que je mange du miel ? suis je une horrible personne ?

Peut il y avoir un équilibre  ? un donner et recevoir et non plus une exploitation par l’homme qui se croit supérieur ?

Cet été je suis allée dans un centre en Belgique, où les animaux ont une vie paisible et calme. Les poules qui y sont, ont été sauvées de l’exploitation industrielle. Elles sont nourries et choyées par plusieurs personnes qui travaillent dans cet endroit. Durant les vacances, les enfants sont accueillis pour s’occuper des animaux et prendre conscience qu’ils ne sont pas à notre disposition, les respecter comme tout autre personne. Durant ce temps j’ai consommé des œufs qu’offraient les poules, qui ne seront pas consommé pour et par l’homme. Qui sont enterrées lorsqu’elles sont mortes naturellement et avec la chaleur ce fut le cas cet été. Je me suis sentie utile et cela avait un sens, un début de pseudo réponse, des possibilités. Travailler en plein air, prendre soin des animaux, transmettre un message important aux enfants, respecter le vivant.

Je rajoute ici que mes enfants (9, 11 et 17ans)  sont en rejet total de cet éventualité, être Vegan. Comme si ce serait une maladie, une tare, une impossibilité. Peut être lié aux regard des autres ? peut être parce que ce serait trop difficile de l’être chez moi et pas ailleurs ? je ne les abreuve pas de questions sur le : « mais pourquoi vous ne voulez pas etc …  » j’accueille leurs cheminements. Malgré le fait de parler, regarder, écouter, échanger c’est souvent : « Mais t’es Vegan maintenant ? » à cette question je réponds pas encore et là ils s’exclament presque en coeur:  « à mais heureusement parce que déjà depuis que tu es végétarienne c’est pénible (ils n’utilisent pas ces mots, c’est un peu plus trasch)  alors …. » pour moi, il y a aussi l’art des enfants à pointer le doigt là où je suis incohérente, leurs peurs non identifié et j’apprends à jongler avec cela.

Je termine comme cela, avec mes incohérences et mes envies d’un monde meilleur en ayant les informations pour faire mes choix.

 

With love, Avec Amour, Con Amore

sur le chemin, pas à pas, là ou chacun à le sien avec respect, tolérance et bienveillance.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Close search

Panier

Back To Top
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1
Partagez